La rénovation énergétique est une priorité nationale pour contribuer à la transition écologique et réduire la consommation d’énergie des ménages. Pour soutenir cette démarche, l’Agence nationale de l’habitat (Anah) propose différentes aides financières aux propriétaires occupants et bailleurs souhaitant réaliser des travaux de rénovation énergétique. Mais quels sont précisément les travaux pris en charge par l’Anah 20-24 ? Dans cet article, nous vous présenterons les principaux types de travaux éligibles aux aides de l’Anah, ainsi que les conditions requises pour bénéficier de ces aides.

Les travaux d’isolation thermique pris en charge par l’Anah

Améliorer les performances énergétiques d’un logement repose en grande partie sur la réduction des déperditions de chaleur. L’isolation thermique des bâtiments est un moyen efficace d’y parvenir, tout en améliorant le confort des occupants. Les travaux d’isolation suivants sont donc éligibles aux aides de l’Anah :

  1. Isolation des combles : les combles perdus ou aménagés représentent une part importante des déperditions de chaleur dans une habitation. L’isolation des combles permet donc de limiter ces pertes et de réduire la facture énergétique.
  2. Isolation des murs : les murs extérieurs sont également responsables d’une grande partie des déperditions de chaleur. L’isolation par l’extérieur ou l’intérieur permet de réduire ces pertes et d’améliorer le confort intérieur.
  3. Isolation des planchers : un plancher mal isolé peut également entraîner des déperditions de chaleur importantes. L’isolation du plancher bas, situé au-dessus d’un vide sanitaire ou d’un sous-sol non chauffé, permet de limiter ces déperditions et d’éviter les sensations de froid au niveau des pieds.

D’autres travaux d’isolation peuvent être pris en charge par l’Anah, tels que l’isolation des fenêtres, des toitures terrasses ou des portes donnant sur l’extérieur.

Le remplacement ou la rénovation des systèmes de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire

L’efficacité énergétique d’un bâtiment dépend aussi de son système de chauffage qui doit être performant et adapté aux besoins. Les aides de l’Anah concernent donc également les travaux suivants :

  1. Remplacement d’une chaudière vétuste : Une chaudière ancienne modèle consomme souvent beaucoup d’énergie pour assurer une température correcte dans le logement. Remplacer une chaudière à gaz ou fioul trop ancienne par un modèle plus récent et performant permet de réaliser des économies substantielles sur la facture énergétique.
  2. Installation d’un chauffage utilisant les énergies renouvelables : l’installation d’un système de chauffage fonctionnant grâce aux énergies renouvelables, comme une pompe à chaleur ou un chauffage au bois déchiqueté, permet de réduire la consommation d’énergie fossile pour la production de chaleur.
  3. Rénovation des systèmes de distribution de chauffage et d’eau chaude sanitaire : Une mauvaise circulation de l’eau dans les tuyaux et radiateurs entraîne une perte en efficacité. Renover les installations peut donc améliorer significativement les performances de vos installations tout en limitant les dépenses énergétiques.

Pour encourager l’utilisation des énergies renouvelables, les travaux portant sur la production d’eau chaude sanitaire à partir d’une installation solaire thermique ou d’un chauffe-eau thermodynamique sont également éligibles aux aides de l’Anah.

Les autres travaux éligibles aux aides de l’Anah

Outre les travaux d’isolation thermique et de remplacement des systèmes de chauffage, l’Anah prend également en charge d’autres types de travaux visant à améliorer les performances énergétiques d’un bâtiment, par exemple :

  1. La ventilation : Une bonne ventilation est primordiale pour conserver une qualité d’air intérieur favorable à la santé des occupants. L’installation ou la rénovation d’un dispositif de ventilation mécanique contrôlée (VMC) permet d’assurer le renouvellement efficace de l’air intérieur et d’évacuer l’humidité.
  2. Les protections solaires : Pour réduire la consommation d’énergie liée au rafraîchissement en été, il est possible d’installer des protections solaires extérieures ou intérieures, telles que des volets roulants, des stores ou des brise-soleil orientables. Ces dispositifs permettent de limiter les apports solaires et d’améliorer le confort thermique en période de fortes chaleurs.
  3. La rénovation du réseau électrique : Une installation électrique vétuste peut causer des déperditions énergétiques conséquentes. Les travaux de remise en état de ce réseau peuvent donc contribuer à améliorer les performances énergétiques globales du bâtiment.

Les conditions d’éligibilité aux aides de l’Anah 20-24

Pour bénéficier des aides financières de l’Anah, plusieurs conditions doivent être respectées :

  • Le logement concerné doit être achevé depuis plus de 15 ans.
  • Les travaux réalisés doivent permettre une amélioration significative de la performance énergétique du logement, avec un gain minimal fixé par l’Anah.
  • Les travaux doivent être réalisés par un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).
  • Les ressources du demandeur doivent être inférieures aux plafonds fixés par l’Anah.

En respectant ces conditions, les propriétaires occupants et bailleurs pourront bénéficier de subventions pouvant couvrir jusqu’à 50% du montant des travaux éligibles. Par ailleurs, d’autres aides financières peuvent être cumulées avec celles de l’Anah pour financer les travaux de rénovation énergétique, comme le Crédit d’Impôt Transition Énergétique (CITE) ou encore les primes « coup de pouce économies d’énergie » délivrées par les fournisseurs d’énergie.

Grâce à ces différentes subventions, la réalisation de travaux de rénovation énergétique devient accessible pour un grand nombre de ménages français. Ainsi, il est essentiel pour les propriétaires et bailleurs souhaitant améliorer les performances énergétiques de leur logement de se renseigner sur les aides de l’Anah et de vérifier leur éligibilité avant de commencer leurs projets.